Mokapop

septembre 28, 2008

Le Rocket sur CBC

Filed under: Cultures, Diversions — mokawi @ 3:29

L’année du centennaire du CH s’annonce très forte. En plus d’un premier trio intact, on a une assez bonne idée de ce que Tanguay va pouvoir apporter au second, et Lang a l’air capable de mettre le troisième à un fort niveau.Tender, qui a maintenant 21 ans, va probablement connaître une annàe charnière. Il s’est présenté au camp d’entraînement avec un coup de patin nettement amélioré, et on pourrait croire qu’il commence à prendre son travail plus au sérieux. Bref, trois trios de rêve, et un solide quatrième avec Laraque, Kostopoulos et Bégin. En défense, c’est aussi brillant que l’an passé. Sur papier, une équipe très solide.

On s’entend que ça ne durera pas, en revanche: huit joueurs sont dans leur dernière année de contrat, dont Kovalev, Koivu et Tanguay. Kovalev et Koivu reçoivent entre 4 et 5 millions par ans, autant dire des pinottes: la caisse va sauter l’été prochain. Mais avec ce que les jeunes ont montré à date dans les matchs hors-concours, ce n’est pas si tragique. Les Weber, Maxwell, Pacioretty et D’agostini sont vraiment chaud. Ils vont cogner à la porte l’an prochain, et pas à peu près.


Le centennaire, c’est aussi le retour des fantômes. Le CH a une longue histoire, mais c’est dans la décennie qui a précédé la révolution tranquille qu’il s’est, pour ainsi dire, cimenté dans l’imaginaire québécois.

Dans la mythologie québecoise, on retrouve énormément de personnages fort, altruistes et humbles, qui incarnent les valeurs de la classe ouvrière canadienne-française. Louis Cyr, Jo Montferrand et Dollard-des-Ormeaux sont de ces héros, mais le Rocket est sans aucun doute celui qui a le mieux incarné cet idéal. L’émeute qui a eu lieu lorsque le Rocket s’est fait radier des séries de 1955 pour avoir frappé un juge de ligne qui l’empêchait de se protéger des coups d’un joueur des Bruins était vraiment une manifestation d’une lutte raciale.

Charles Binamé a fait un film sur le Rocket il y a quelques années. Comme beaucoup de films de Binamé, l’ambience est excessivement chargée et centrée autour d’un seul théme. Et ce théme, dans Le Rocket, c’est précisément celui-là: le Rocket en héros canadien-français typique, le combat mythologique entre l’authenticité et la force contre la ruse, la lâcheté et l’hypocrisie incarné dans une lutte de classe. Eh bien, ce film, qui dépeint l’anglophone comme une sorte de monstre suffisant, il jouait entre 19h et 20h30 un samedi soir sur CBC, la télé publique anglophone. Et je parirais très cher que c’était un choix motivé par l’audimat, parce que CBC compte énormément sur le hockey pour faire concurrence aux chaines américaines sur le territoire canadiens.

Imaginez un peu Télé-Madrid passer l’équivalent sur la répression des Basques ou des Catalans. Ou la télé chinoise passer un film apologétique sur le Dalai-lama. Imaginez Fox ou NBC passer l’équivalent sur Puerto Rico. Je peux me tromper, mais je pense qu’il y a peu d’endroits dans le monde où on peut faire ça. Il y a certainement la France, mais comme critiquer son pays est un passe-temps national, ce genre de chose n’a pas la même portée. Le Royaume-Uni, peut-être? Les récents changements constitutionnels en faveur du Pays de Galle et de l’Écosse semblent montrer quelque chose. La Finlande? Il y a peu d’endroits, en tout cas.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :