Mokapop

février 5, 2008

Le pari

Filed under: Philosophie — mokawi @ 6:37

L'être n'est pas vraiment un secret. À la limite, c'est un sujet de
dissertations un peu trop intense. Mais on oublie que c'est avant tout
une question pratique.
Bon, avant d'aller plus loin, je crois que personne ne sait trop ce
qu'est, être. Et pour cause: être, ça ne se dit pas, ça se vit. Mais si
ça se disait, ça se situerait probablement à un moment initial, dont la
forme ressemblerait à ça:

“When Heracles was passing from boyhood
to youth's estate, wherein the young, now becoming their own masters,
show whether they will approach life by the path of virtue or the path
of vice, he went out into a quiet place, [22] and sat pondering which
road to take. And there appeared two women of great stature making
towards him. The one was fair to see and of high bearing; and her limbs
were adorned with purity, her eyes with modesty; sober was her figure,
and her robe was white. The other was plump and soft, with high
feeding. Her face was made up to heighten its natural white and pink,
her figure to exaggerate her height. Open-eyed was she; and dressed so
as to disclose all her charms. Now she eyed herself; anon looked
whether any noticed her; and often stole a glance at her own shadow.
[23]
“When they drew nigh to Heracles, the first pursued the even tenor of
her way: but the other, all eager to outdo her, ran to meet him,
crying: ‘Heracles, I see that you are in doubt which path to take
towards life. Make me your friend; follow me, and I will lead you along
the pleasantest and easiest road. You shall taste all the sweets of
life; and hardship you shall never know. [24] First, of wars and
worries you shall not think, but shall ever be considering what choice
food or drink you can find, what sight or sound will delight you, what
touch or perfume; what tender love can give you most joy, what bed the
softest slumbers; and how to come by all these pleasures with least
trouble. [25] And should there arise misgiving that lack of means may
stint your enjoyments, never fear that I may lead you into winning them
by toil and anguish of body and soul. Nay; you shall have the fruits of
others' toil, and refrain from nothing that can bring you gain. For to
my companions I give authority to pluck advantage where they will.’
[26] “Now when Heracles heard this, he asked, ‘Lady, pray what is your name?’
“‘My friends call me Happiness,’ she said, ‘but among those that hate me I am nicknamed Vice.’
[27]
“Meantime the other had drawn near, and she said: ‘I, too, am come to
you, Heracles: I know your parents and I have taken note of your
character during the time of your education. Therefore I hope that, if
you take the road that leads to me, you will turn out a right good doer
of high and noble deeds, and I shall be yet more highly honoured and
more illustrious for the blessings I bestow. But I will not deceive you
by a pleasant prelude: I will rather tell you truly the things that
are, as the gods have ordained them. [28] For of all things good and
fair, the gods give nothing to man without toil and effort. If you want
the favour of the gods, you must worship the gods: if you desire the
love of friends, you must do good to your friends: if you covet honour
from a city, you must aid that city: if you are fain to win the
admiration of all Hellas for virtue, you must strive to do good to
Hellas: if you want land to yield you fruits in abundance, you must
cultivate that land: if you are resolved to get wealth from flocks, you
must care for those flocks: if you essay to grow great through war and
want power to liberate your friends and subdue your foes, you must
learn the arts of war from those who know them and must practise their
right use: and if you want your body to be strong, you must accustom
your body to be the servant of your mind, and train it with toil and
sweat.’
[29] “And Vice, as Prodicus tells, answered and
said: ‘Heracles, mark you how hard and long is that road to joy, of
which this woman tells? but I will lead you by a short and easy road to
happiness.’
“And Virtue said: [30] ‘What good thing is
thine, poor wretch, or what pleasant thing dost thou know, if thou wilt
do nought to win them? Thou dost not even tarry for the desire of
pleasant things, but fillest thyself with all things before thou
desirest them, eating before thou art hungry, drinking before thou art
thirsty, getting thee cooks, to give zest to eating, buying thee costly
wines and running to and fro in search of snow in summer, to give zest
to drinking; to soothe thy slumbers it is not enough for thee to buy
soft coverlets, but thou must have frames for thy beds. For not toil,
but the tedium of having nothing to do, makes thee long for sleep. Thou
dost rouse lust by many a trick, when there is no need, using men as
women: thus thou trainest thy friends, waxing wanton by night,
consuming in sleep the best hours of day. [31] Immortal art thou, yet
the outcast of the gods, the scorn of good men. Praise, sweetest of all
things to hear, thou hearest not: the sweetest of all sights thou
beholdest not, for never yet hast thou beheld a good work wrought by
thyself. Who will believe what thou dost say? who will grant what thou
dost ask? Or what sane man will dare join thy throng? While thy
votaries are young their bodies are weak, when they wax old, their
souls are without sense; idle and sleek they thrive in youth, withered
and weary they journey through old age, and their past deeds bring them
shame, their present deeds distress. Pleasure they ran through in their
youth: hardship they laid up for their old age. [32] But I company with
gods and good men, and no fair deed of god or man is done without my
aid. I am first in honour (τιμῶμαι δὲ μάλιστα) among the gods and among
men that are akin to me: to craftsmen a beloved fellow-worker, to
masters a faithful guardian of the house, to servants a kindly
protector: good helpmate in the toils of peace, staunch ally in the
deeds of war, best partner in friendship. [33] To my friends meat and
drink bring sweet and simple enjoyment: for they wait till they crave
them. And a sweeter sleep falls on them than on idle folk: they are not
vexed at awaking from it, nor for its sake do they neglect to do their
duties. The young rejoice to win the praise of the old; the elders are
glad to be honoured by the young; with joy they recall their deeds
past, and their present well-doing is joy to them, for through me they
are dear to the gods, lovely to friends, precious to their native land.
And when comes the appointed end, they lie not forgotten and
dishonoured, but live on, sung and remembered for all time. O Heracles,
thou son of goodly parents, if thou wilt labour earnestly on this wise,
thou mayest have for thine own the most blessed happiness.’
[34]
“Such, in outline, is Prodicus' story of the training of Heracles by
Virtue; only he has clothed the thoughts in even finer phrases than I
have done now. But anyhow, Aristippus, it were well that you should
think on these things and try to show some regard for the life that
lies before you.”
– Xénophon, Les Mémorables, I, trad. William Heinemann

La fable de Prodicos parle d'un pari initial: celui de la vertu. Il y a
un autre pari que nous faisons un peu avant toute chose, même si nous
le renouvelons sans cesse durant notre existence (à moins que notre
religion ne nous l'interdise): c'est le pari de vivre, d'exister. À
chaque fois que les vicissitudes de la vie nous rendent l'existence
exécrable, nous réalisons que nous sommes sans cesse à la croisée de
deux chemins, l'un où nous continuons de vivre, l'autre où nous
sombrons dans l'Hadès. Lorsque nous somme poussés à cette extrémité,
nous sommes forcés de renouveler notre alliance avec la vie, et ce sont
les termes de cette alliance qui sont le fondement de notre action. Et
les termes de cette alliance, c'est une définition de l'être.
La mort est une perte: c'est d'ailleurs pourquoi nous sommes
pratiquement forcés de la refuser à chaque fois que la question se
pose. Mais qui saurait dire exactement ce qu'il perd, sinon en parlant
des choses que contient la vie? Ce n'est pas les femmes, le vin et le
ciel que nous perdons, puisque des gens choisissent de vivre en étant
malades, aveugles et confinés à leur chambre. Et si c'est certes vrai
que perdre la vie nous fait perdre tout ce que la vie pourrait nous
amener, c'est sans doute davantage la perte de la vie elle-même qui
nous émeut. Il y a quelque chose qui meurt avec la mort qui n'est pas
vraiment nous, ni vraiment le monde, ni vraiment quelque chose de
spécifique, mais qui est « tout ça » ensemble et à la fois.
« Tout ça », c'est parfois je + le monde. Ou alors je dans le monde. Ou
même le monde dans je. « Tout ça », c'est un récit que nous nous
faisons de nous-même et de la vie qui doit définir, en gros ce que nous
perdrons le jour où nous mourrons. Par exemple:

George: « Le monde est un
engourdissement du feu divin »: ici, le monde, c'est nous, c'est je. Le
feu divin, c'est ce qui nous contient. La mort peut être interprétée
comme la perte du feu vital et le retour au néant froid, ou au
contraire le retour au feu divin. Dans un cas comme dans l'autre,
accepter la vie, c'est accepter le feu (incomplet) de Dieu. Vivre,
c'est donc lire en soi ce qui relève de la volonté et du feu divin, et
suivre ces repères-là.

Ou plus simplement:

Gertrude: « Le monde est tel que le
décrit la physique. L'homme n'est rien d'autre que le produit d'un
mécanisme biologique très complexe. »: Deux choses: primo, l'homme est
un résultat, non un moyen vers une perfection voulue par Dieu, de sorte
qu'il a son destin en main, de même que le choix de ce qu'il veut être
dans le futur. Secundo, s'il accepte la vie, l'homme peut être tenté de
consolider et aider ces mécanismes qui la soutiennent, en lui pour
avoir une meilleure santé, et en dehors de lui pour produire des
conditions propices au genre de vie dont il est issu (e.g.
biodiversité).

Ces récits initiaux comportent des indications très générale pour se
faire une idée de son environnement, pour établir des croyances et pour
donner une direction à ses action. Il est strictement impossible et
certainement pas souhaitable que toute une humanité partage le même
récit initial. Ce récit, chose la plus intime que nous possédions, est
le trésor caché qui est le véritable fondement de la dignité humaine,
le véritable enjeux du désir amoureux et le principe de
l'individualité. Il est fait pour nous garder en vie, pour nous faire
choisir la vie à chaque fois que nous nous posons la question, pour
donner un principe à toute activité de l'individu. Son pouvoir est
immense.
Mais il en va de même de sa fragilité. D'une certaine façon, il doit être vrai a priori,
avant toute expérience, car il nous dit comment l'expérience se
présente à nous et comment elle vient à exister, de sorte que rien, ou
presque, dans notre expérience ne devrait ébranler ce récit, mais en
même temps, nous nous inspirons de l'expérience pour le créer. En fait,
nous raffinons le récit selon un mélange de critères esthétiques et de
critères pratiques afin de créer un récit d'une vie que nous pouvons
vivre et que nous voulons vivre, de sorte que nous nous inspirons de
notre expérience pour façonner le récit de façon avantageuse. Par
ailleurs, comme il se place avant l'expérience dans l'ordre des
preuves, il n'est pas strictement possible de l'appuyer de preuves.
C'est pourquoi à chaque fois que, confrontés à la mort, nous sommes
forcés d'affirmer un récit, nous faisons en fait un pari: nous parions
sur une vision du monde en sachant que si nous nous trompons, nous
aurons travaillé en pure perte.

Un commentaire »

  1. […] de particulier dans le récit de Xavier? On sent qu’il est beaucoup plus « récit » que le récit de Gertrude, par exemple. Il y a dans ce récit un début (le nid douillet, l’amour inconditionnel de la […]

    Ping par Xavier — L’interprétation « Mokapop — février 12, 2008 @ 10:53


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :