Mokapop

août 15, 2007

Omerta – Jamboree Montréal 2007

Filed under: Diversions, Politique — mokawi @ 3:13

Chers lecteurs, je vous livre aujourd’hui un scoop qu’on m’a conseillé de garder pour moi. Le conseil m’est d’ailleurs venu de gens que je respecte, que j’admire et qui ont été solidaire de moi, ce qui rend mon acte d’autant plus téméraire. Mais je le fais pour deux raisons: primo, vu la couverture médiatique qu’a eu le jam 2007, je ne crois pas que les chances que ce post reçoive une grande publicité, et secundo, même si c’était le cas, je ne crois pas que les scouts du Montréal métropolitain aient vraiment à gagner de la loi du silence, puisque les autorités du district ne semble plus avoir à répondre de leurs actes à qui que ce soit, et que c’est en grande partie la cause des déboires du jam en question.

Bref, j’ai donc passé la dernière semaine au parc Maisonneuve. Et j’y ai été témoin de la plus éloquente expression de mauvaise gestion qui m’a jamais été donné d’observer. En fait, pour être fidèle, cher lecteur, il faudrait que je t’énumère tant de problèmes d’importance signifiante que cet article serait aussi long et ennuyeux qu’une license d’utilisation de logiciel. Il est plus facile de te dire que l’infirmerie a donné un service exceptionnel et qu’il ne semble pas y avoir eu de bogues majeurs pendant les spectacles, et que dans tout le reste je n’arrive pas à trouver un seul service vierge de défaut (certains mentionneront le transport; effectivement les autobus ont été à l’heure et efficaces, mais j’ai vu des groupes se pointer 1h en retard à la porte sur des mauvaises informations).

L’information était une denrée rare et recherchée à ce jam. Les gens aux portes n’étaient pas en mesure de nous dire par quelle porte rentrer, ce qui était d’autant plus navrant qu’ils étaient tous équipés de walky-talkies. D’ailleurs, bien avant le jam, les officiels s’étaient donné le mot pour la rendre les choses compliquées, puisqu’ils avaient sorti nos horaires dans un nombre assez impressionnant de versions. Dans le dossier de l’échange que nous faisions avec une meute de la Guadeloupe, le nombre astronomique d’intervenant (17) n’a pas suffi à nous fournir les informations nécessaires pour accueillir nos hôtes comme il se doit: arrivés à minuit, les carraïbiens ont attendu en vain le comité d’accueil qui avait été coupé à notre insu 3 jours avant, et lorsque nous avons appris leur arrivée au camp à 2h30, on a aussi appris du même coup qu’ils n’avaient pas encore mangé (« Vous êtes bien sûr au courant qu’ils n’ont pas encore mangé, hein? » nous a dit une responsable avec dans la voix le ton de reproche généralement adressé aux paresseux.)

Chose qui me semble encore tout à fait incroyable, les responsables n’ont pas géré les quantités. Afin d’éviter que trop de véhicules circulent sur le camp, ils ont pensé un système de transport avec des 4 roues équippés de chariots-remorques, qui s’est évidemment révélé insuffisant. La paresse des conducteurs qui refusaient d’opérer en dehors des horaires prévus pour l’entrée des groupes (ce qu’évidemment les guadeloupéens n’ont pu suivre puisqu’ils sont arrivés après) n’a pas aidé. Évidemment, la chose a aussi fait boule de neige, et a retardé considérablement notre activité nature, puisque le matériel n’est arrivé qu’avec une heure de retard au stand de l’animateur qui se chargeait de l’activité, et encore avec des moyens improvisés en marge des structures du jam. Mais le transport de matériel dans le parc n’est qu’un exemple parmi tant d’autres

Les services essentiels n’ont pas été épargnés puisque les toilettes chimiques n’ont été vidées de toute urgence que le troisième jour, alors qu’elles débordaient littéralement, que les douches n’ont été montées que le quatrième jour, que les bidons d’eau grasse n’étaient vidées que lorsqu’on avait tant de déchets liquides qu’il fallait utiliser les bidons de recyclage et de déchets (et encore, par des gens trop pointilleux qui nous refusaient de faire quoi que ce soit tant que nous n’aurions pas enlevé de ces eaux toute chose vaguement solide de taille supérieure à un dé à jouer), et que rien n’était prévu pour se laver les dents.

Enfin, mentionons que la sécurité n’a pas été en mesure d’empêcher des gens de venir bouffer dans notre cuisine (située à 15 minutes de marche de nos campements) pendant la nuit, et que des étranges ont été surpris à rôder près des tentes des exploratrices. Ce qui est surprenant, puisque les gens de la sécurité avaient une manière très lousse de contrôler les cartes (« avez-vous vos cartes? » « oui » « ok, bonne soirée »). D’ailleurs, ceux-ci se sont plaint de n’avoir eu presque aucune consigne.

Bref, la cata, et j’en passe. À la fin du camp, on m’a rapporté les paroles de Claude-Jean Lapointe, chef des scouts du Montréal métropolitain, dans son discours de cloture (je n’y ai pas assisté; je dormais sur le gazon, épuisé que j’étais de ma semaine): « Nous avons travaillé très fort pendant deux semaines afin que cette célébration du 100e anniversaire du scoutisme soit absolument inoubliable. »

Je crois que ça explique tout.

8 commentaires »

  1. A toi mon frère scout.

    Comment peut-tu dénigré le travail et l’organisation de près de 300 bénévoles qui ont payé leurs cotisations a ce Jamborée comme toi, pour servir les jeunes et leurs adultes a l’occasion du 100 anniversaires de la création du mouvement scout. Comment peut-tu dénigré nos partenaires qui ont collaborés bénévolement ou a prix réduits afin que vous puissiez passer un moment inoubliable, tu parle des toilettes, pourquoi ne dit tu pas qu’elles ont été vidé et désinfecter a tous les jours et qu’elles sentaient bonne a comparer avec d’autres jamborée auquel tu as participé, si tu a déjà participer a un Jamborée. Tu pourrais également dire aux lecteurs ce que tu as fait pour aider, supporter, encourager et remercier ces bénévoles qui t’on permit de vivre avec tes jeunes ce Jamborée. Il est facile d’être dans l’opposition et de chercher les petites bibittes, mais pourquoi n’était tu pas ou pouvoir en tant que bénévoles toi aussi pour servir les autres.

    Le scout combat la justice, tu a manqué a cet item mon frère, que fait tu au sein de notre famille avec cet esprit destructive au lieu d’être constructive, qu’elle valeurs démontre tu par ce texte au jeune qui te lise, Si tu appelle Omerta, le fait que tu peut avoir recours a ton chef de groupe, le commissaire de secteur, l’équipe de branche, ton formateur conseiller, les formateur du district, les chef de sous-camp, le commissaire au groupe, le commissaire du district, les membres du conseil d’administration, les journées de lancement, les journées de branche, les fêtes de district, le journal au info, le journal scout génial, le journolympique, le petit panthéon, tous des outils de communications libres et accessible a tous sans cachette, ou sont les secrets, que dire finalement l’assemblée générales des membres scouts, y a tu simplement participer?.

    Le fondateur a déjà dit  » si tu ne peux suivre les buts et objectifs et les moyens préconiser par le mouvement scout tu es parfaitement libre d’aller ailleurs. »

    Réfléchit a cette pensée mon frère scout.

    Et prend une décision pour le bien-être et le respect de tous.

    Commentaire par Guy G. Gauthier — octobre 2, 2007 @ 6:56

  2. La réponse de m. Gauthier, évidemment, se passe de commentaire, mais je veux quand même préciser ceci: m. Gauthier est membre du conseil d’administration du district des scouts de Montréal métropolitain.
    Après avoir reçu ce commentaire, j’ai choisi de lui répondre directement par courriel et de lui proposer mon aide. Par mégarde, mon courriel trahissait mon anonymat, puisque mon nom figurait à côté du courriel, dans l’en-tête du message.
    Le district a donc retrouvé, grâce à ses dossiers, l’unité dans laquelle j’étais, et plutôt que de me répondre directement, il a convoqué mon ancien chef d’unité, Baloo, avec qui j’étais au jam.
    Les gens du district ont fait comme s’il était responsable de mes propos et l’ont sermonné dans le même langage. Mais Baloo n’est pas personne à accepter qu’on tente de l’intimider. Il a pris ma défense avec courage. Ce genre même de courage qui manque aux gens du district pour admettre leurs erreurs et prendre les mesures qui s’imposent pour qu’elles ne se reproduisent pas.
    Cependant, je m’y attendais un peu, d’où mon introduction. Le climat n’est pas particulièrement démocratique au « rucher », et ce n’est pas la première fois qu’on nous sert le discours de m. Gauthier dans l’espoir de nous faire taire.

    Commentaire par Mokawi — octobre 5, 2007 @ 2:50

  3. Si jamais vous vous étiez posé la question: sur les 4 000 participants du Jamboree, deux personnes ont blogué sur leur expérience: moi, et Rachel Langlois, qui était la blogueuse officielle du jam.

    Commentaire par mokawi — octobre 5, 2007 @ 6:58

  4. 7 octobre 2007

    M.Guy G. Gauthier des:promotions et communications.
    J’ai toujour ete scout au (smm)et ca fait de puis l’ages de 12 ans que j’ENTEND LES RACONTARS DE TOUS. Certain non pas le courage de le dire a haute voie,de peur de ce faire taper sur les doingts et pour ceux qu’ils ausent,ce font fermer le clapet par certain membres du rucher.Quand un responsable de groupe ou chef d’unitee ce presente a une reunion general et pausent des question,la seul chose que le (smm)c’est de detourne l’attention pour pouvoir eluder les question genantes. Le probleme est que notre conviction enver le scoutisme soit ci forte et que nos esprit ne soit pas aussi maleable que le Rucher le souhaiterai. Il est vrai que le Rucher fait un travail extraordinaire,certain non plus la force de faire ce travail.Alors trouver des gens qui on la force et les couilles pour redorer le blason des scouts du montreal metropolitain.

    Et en passent,j’ai rencontre le scout a qui ai ce blog. Ce n’est pas quelqu’un qui mes proche,mes tres reflechit.

    Je crois que les valeurs scout de ce Mokawi sont bien ancre en lui tous comme moi.
    Le fait de juger de cet animateur et de ca facon de combatre pour la justice prouvent que ces vous qui etre un ipocrite,car il n’y apas qu’une seul facon de combatre. De plus ,je croois que le ton de superiorite que vous utilise est vraiment minable et ses vous qui devriez aller ailleur

    Alors,je vous dit poliment d’aller vous faire voire et au plaisir de ne jamais vous rencontre.

    Commentaire par Belier Tenace — octobre 7, 2007 @ 10:55

  5. Oui, il y avait des manquements que je qualifie d’importants au Jam 2007 à Mtl. Il y avait de la confusion à plusieurs titres.

    Je suis toutefois convaincu que le chacun a donné le meilleur de soi avant, pendant et après.

    Les ressources commencent à manquer au Rucher. Et ça parait…

    Il faudrait que chacun des protagonistes plus haut ici fasse une petite introspection: Est-ce qu’en (ab)usant de son autorité pour faire taire des voix dissonnantes est une valeur scoute? Est-ce que geindre au sujet de manquements et lacunes organisationnelles lors d’un événement (sans proposer de solutions et vainement critiquer) est, de la mm façon, une valeur scoute?

    Pensez-y en toute honnêteté.
    Bin disons en terminant que si ya du chantage ou de l’ntimidation autoritaire au Rucher, ya un problème…

    Commentaire par fb — octobre 8, 2007 @ 7:49

  6. @fb: En ce qui me concerne, je n’ai pas très envie de couper la poire en deux. Faire le portrait des lacunes du jam est le seul moyen d’y palier. Et comme les gens du rucher ne semblent pas enclins à le faire, c’est à nous de le faire en tant que témoin.
    Il m’a toujours semblé que l’abus d’autorité et le climat que ça a engendré sont à l’origine des déboires du jam. En fait, le peu d’expérience que j’ai en gestion me disent qu’on ne peut arriver à un pareil résultat sans problème majeur En ce sens, dénoncer le jam, c’est dénoncer l’injustice. Ensuite, en tant que membre des scouts mm, je suis étroitement concerné par un accomplissement qui est aussi le miens, et abandonner le district à des dynamiques douteuses serait lâche et égoïste, et donc pas très scout. Enfin, le scout dit la vérité.

    Bref, en ce qui me concerne, c’est clair, je fais mon devoir de scout, rien de plus, rien de moins.

    Qu’on se le dise: des gens au district font très bien, sans doute même l’énorme majorité, sinon tout le monde. Mais les forces et les faiblesses de chacun sont visiblement très mal utilisées. Si les gens prennent l’habitude de jeter un regard critique, les solutions vont venir plus facilement. Les gens vont finir par prendre une place qui leur conviennent vraiment, les gens qui ne sont pas là pour les bonnes raison, s’il y en a, vont partir, et enfin, les gens compétents que l’ambiance faisait fuir vont revenir.

    La vérité n’est pas un remède miracle, mais c’est la condition pour qu’une organisation fonctionne bien.

    Commentaire par mokawi — octobre 8, 2007 @ 11:07

  7. Je me permet de répondre tant à Mokawi qu’à Monsieur Gauthier, puisque l’on m’a attribué à tort la paternité de ce commentaire et que j’ai eu à en répondre ( Nous étions dans la même unité ) et que je suis nommé dans une réponse de Mokawi.

    J’ai été le Baloo de La Première Meute Impeesa à Montréal et je suis fier du travail accompli par mon équipe d’animateurs. Merci à eux de m’avoir empêché de pêter un plomb deux fois.

    Quand je lis des réponses pleines de paternalisme, ou devrais-je dire de «fraternité scoute», ça me donne des boutons.

    Sachez que j’ai fait des plaintes à nos chefs de sous-camp (L3) pour que les toilettes soient vidées et que les ordures soient ramassées. Il aura fallu attendre le mardi pour que cela se fasse. Je n’y vois aucune coïncidence avec la journée porte-ouverte du mercredi, bien sûr… L’entretien à été fait normalement par la suite.

    Sachez aussi, Monsieur Gauthier, que je n’en ai en rien contre les bénévoles, sauf celle à la Porte 8 qui a tout fait en son pouvoir pour empêcher ma copine d’entrer sur le site; et ce, même si elle était l’animatrice responsable de son unité. Mais c’est une autre histoire.

    J’en veux à l’organisation, au manque de bénévoles, à la multitude d’informations contradictoires, au manque d’eau, à l’installation tardive des douches, au temps trèèès réduit de baignade et à la distance à parcourir pour s’y rendre.

    J’en veux aussi à la présence d’un commanditaire dont le placement de produit, et les cadeaux offert était déplacés. En effet, quel bonheur de recevoir un 4 litres de savon à lessive et 2 vaporisateurs de nettoyant Hertel par unité. Wow, nos jeunes en pleuraient de joie! Merci à la Cordée qui nous a offert des bouteilles graduées en début de camp. Ce fut plus facile pour séparer équitablement le savon à lessive entre les jeunes… Ce qu’on ne ferait pas pour 20 000$

    J’en veux à la facilité déconcertante avec laquelle il était possible d’entrer par la porte Rosemont/Viau ainsi que par la rue Sherbrooke, facilité responsable de l’intrusion d’un individu louche parlant à nos Explos un certain soir. Où étaient les clôtures de 8 pieds promises? D’ailleurs, sur les sites internet pédophiles, le mot circulait qu’il serait facile d’entrer au Parc Maisonneuve cette semaine là, et les entrées non-surveillées étaient mêmes identifiées.

    J’en veux aussi à la présence des vélo-popcycle qui m’a valu de nombreux «Baloo on peut-tu avoir un popcycle?» de la part de mes Louveteaux.

    Bref «You pay for what you get» comme dirait l’autre.

    Nous avions pris le jam le moins cher et le plus près. La prochaine fois nous regarderons ailleurs pour les Jam. Cependant nous sommes ouverts aux activités offertes par le Rucher (qui devrait être renommé la Caverne vu le manque de lumière de certains répondants)

    J’en veux surtout aux organisateurs et j’aimerais avoir des réponses. En fait j’en ai eues de la part de M. Martin Lapointe. Je crois en sa sincérité, mais j’ai des doutes quant au fait que ce soit toujours la faute des autres.

    La première responsabilité du leadership est d’assumer sa responsabilité dans les échecs, ce que je crois que le SMM n’a pas fait.

    Pour eux c’est un succès, parce que 3000 personnes n’ont pas chialé. De toutes façons, si nous l’avions fait, nous aurions reçu une réponse à la Monsieur Gauthier.

    Toujours pour vous, Monsieur Gauthier, acceptez la critique est scout tout autant que critiquer et votre allusion foireuse au scout combattant pour la justice est insultante.

    C’est justement parce que je crois en la justice que j’en parle et que je suis allé m’expliquer avec Monsieur Martin Lapointe.

    Son premier commentaire, au téléphone, fut de me demander si les protestataires voulaient sa «job». Réaction enfantine s’il en est une…

    Non, nous voulons des résultats. Et malgré tout, je suis peiné de savoir que Monsieur Martin Lapointe perd son emploi et qu’il ne sera pas le successeur de Claude-Jean Lapointe. Le Rucher perd ainsi une personne compétente, empathique, qui avait à coeur le bon fonctionnement des activités et qui savait assumer ses erreurs

    Si nous avions passé une semaine sur un domaine offrant un aussi mauvais service et d’aussi mauvaises informations, nous aurions intenté des procédures pour nous faire rembourser la totalité des frais engagés pour cet évènement, évènement où tous les scouts de Montréal ont eu l’air con.

    Mais rassurez-vous Monsieur Gauthier, nous ne le ferons pas, car je ne suis plus en charge de la Meute. Quoique j’encourage les unités à demander des comptes.

    Avant de vous laisser, longue vie aux «Jarrets d’acier», survivants de cette semaine amèrement étrange, qui ont marché assez pour avoir suffisamment d’ampoules aux pieds pour éclairer le Stade et qui ont su faire passer le jeune d’abord. Le site internet http://www.lesjarretsdacier.com est d’ailleurs en construction…

    Oui, le fondateur a déjà dit ” si tu ne peux suivre les buts et objectifs et les moyens préconisés par le mouvement scout tu es parfaitement libre d’aller ailleurs.” C’est ce que je dirais à Claude-Jean Lapointe (Directeur général,commissaire scout de district en titre). Car, ces dernières années, la chasse à l’argent fut plus importante que la visibilité et la promotion des valeurs scoutes. Avec les résultats que l’on connait.

    J’espère avoir à rendre des comptes sur une lettre que j’ai écrite, cette fois-ci.

    Scoutement Vôtre

    Buffle Généreux
    Ex-Baloo de la Première Meute Impeesa
    Montréal

    Commentaire par Olivier Simard — octobre 10, 2007 @ 3:20

  8. moi aussi je suis un scout catolique de cote d’ivoire mais je vous ecris pour de l’aide et amiter comme aide je dois vous dis qeu j’ai besoin des tante et des bere scout

    Commentaire par jean — mars 15, 2008 @ 2:15


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :