Mokapop

mai 24, 2007

Accommodements déraisonnables

Filed under: Cultures, Politique — mokawi @ 12:25

Je reviens tout juste de camp de printemps, assez meurtri merci parce que j’ai passé toutes mes nuits à bavarder jusqu’à 4h du matin avec une très charmante personne alors que je me levais à 6h le lendemain. En fait, j’ai le cerveau dans les vaps à cause de la grippe subséquente, donc j’implore votre clémence pour mes inexactitudes et mes éventuelles fautes.

Comment le « politiquement correct » peut devenir accommodement déraisonnable

Autrement, le camp a été une franche réussite, notamment parce que la formule de faire travailler ensemble tous les groupes d’âge a bien fonctionné. Néanmoins, notre chef de groupe nous a rapporté qu’un parent avait critiqué le fait qu’on utilise le mot « voler » dans les règles du grand jeu de la fin de semaine, et demandé qu’on le remplace à l’avenir par des mots comme « prendre ».

La logique derrière cette requête est inspirée d’une compréhension approximative de la pensée humaniste des années soixante, qui voudrait faire passer toute la construction de l’individu par le langage. L’idée est que la cognition du bien et du mal se fait par assimilation du réel à des « tags », comme le mot « voler »: en permettant à l’enfant de jouir (i.e.: faire avancer son équipe) d’un acte qu’on identifie comme « vol », on lui enseignerait à jouir de tout acte qu’on appellerait voler.

Or, à ce train-là, tous les jeux seraient plus aptes à pervertir l’enfant qu’à lui enseigner à être quelqu’un de bien: au soccer et au hockey, on doit battre l’adversaire et lui prendre le ballon ou la rondelle, au ballon chasseur ou au ballon chinois, il faut carrément le tuer, au « singe au milieu », il faut que celui du milieu vole la balle… À ce compte, il ne resterait que le haki.

Pourtant, on continue de croire à la mission éducative des jeux. Pourquoi? En mettant en jeu des situations indésirables (danger de « mort », guerre entre clans, etc.), on crée un stress artificiel où l’enfant doit utiliser toutes ses ressources pour s’en sortir. Et dans un jeu bien construit, il réalise que ses ressources les plus efficaces, c’est l’esprit de groupe, la coopération, le travail et l’effort, et que ses plus grands dangers, c’est la malhonnêteté, la tricherie et tous les autres trou-de-cul-ismes.

Néanmoins, la première réaction de notre chef de groupe, qui est pourtant une femme très intelligente, a été de manifester son accord avec la critique.

Je ne suis pas sûr qu’elle eût eu la même réaction si elle n’avait pas été aussi épuisée par le camp, mais je crois que cette attitude est néanmoins symptomatique de deux choses. Tout d’abord, de la pression qui est exercée sur l’éducateur: les parents se sentent le droit d’exiger des éducateurs qu’ils suivent les principes pédagogiques qu’ils considèrent comme « justes », parce que les éducateurs leur donne généralement raison, mettant leur propres principes au second plan. L’idée est que l’enfant appartient à ses parents, ce qui est évidemment faux: comme l’enfant une fois éduqué est un citoyen, et appartient à sa société, il est raisonnable de penser que son éducation, du moins son éducation sociale, devrait appartenir à la société. En ce sens, les suggestions des parents devraient être retenues comme telles, mais ne devraient pas avoir valeur de paroles du souverain.

La différence générationnelle

Ensuite, il y a, je crois, quelque chose de générationnel. Les voix, unanimes, qui se sont élevé contre l’accommodement, étaient les voix des animateurs de ma génération et de celle de ceux qui n’ont que dix ou quinze ans de plus que moi. Pour ma part, l’accommodement était si clairement et si instinctivement insensé que j’aurais sans doute renvoyé les parents à leurs oignons même dans un état de fatigue et de maladie dix fois pire que celui dans lequel j’ai terminé le camp. En revanche, j’aurais facilement vu mon père, ma mère ou d’autres animateurs de la même génération réagir de la même façon que mon chef de groupe—comme quoi ce n’est pas un cas isolé.

Je crois qu’il y a quelque chose là. La génération de mes parents est encore attachée à une transcendance—celle des principes de la démocratie—qui remplace en quelque sorte les principes légitimés autrefois par la religion. Dans cette mesure, l’individu et ses droits sont sacrés. Laisser l’enfant à la société plutôt qu’à l’adulte serait alors une atteinte aux droits de cet adulte à élever ses enfants selon les valeurs qu’il épouse, et une atteinte aux droits des minorités de manifester leur différence.

Évidemment, dans la pratique, ce genre de principes pose de nombreux problèmes, qui apparaissent de façon beaucoup plus éclatante dans la sphère pédagogique: j’ai mentionné le stress sur les éducateurs; on peut ajouter le conflit entre différents systèmes de valeurs et la difficulté d’organiser une classe alors que la légitimité de chaque activité peut être à tout moment questionnée.

Ajoutons à ceci que toutes les menaces qui se sont montrées à nous, jeunes québécois, ont toujours semblé venir de fondamentalisme basés sur une transcendance. Ajoutons encore à ceci que la mort du communisme donnait toute la place à une conception du monde néo-libérale, où les problèmes se règlent à la base, dans la sagesse naturelle des interactions humaines, plutôt que dans la lourde intervention de l’état, qui ne pouvait s’empêcher, en changeant la donne, de créer des effets pervers ailleurs dans le système.

La solution qui  s’impose, dans un tel cas, est une pensée immanentiste, qui cherche ses réponses dans le monde plutôt que dans les cieux de principes fondamentaux. Plutôt que de synthétiser le bien ex nihilo puis d’y faire s’y accorder le réel, il s’agit plutôt de synthétiser le bien à partir du réel—ou plutôt à partir de ce qu’il y a de meilleur dans le réel. Du coup, la capacité à faire le bien relève davantage de la capacité à prendre les bonnes décisions suivant une bonne vision, que de la capacité à être absolument fidèle aux principes.

La menace de l’Islam

Dans de telles circonstances, il est clair que lorsque vient en jeu la guerre idéologique que nous a déclaré l’Orient musulman, la réaction diffère. J’ai l’impression que ceux de la génération de mes parents vont soit vouloir tenir à leurs idéaux jusqu’au bout, quitte à laisser une place dangereuse aux valeurs musulmanes, soit rejeter carrément tout Islam et repositionner leur foi en la démocratie sur une foi en les valeurs occidentales voire chrétiennes ou catholiques d’une façon un peu kantienne.

À l’opposé, notre génération va soit se baser sur son expérience du multiculturalisme dans l’éducation et déduire que les problèmes d’accommodements raisonnables se doivent d’être résolus dans le détail, par le bon sens des individus, soit considérer sans subtilité qu’il y a une guerre à gagner, et que tout ce qui peut nous aider à la gagner est bon à prendre.

Je crois évidemment que la meilleure attitude est celle qui consiste à faire confiance à la sagesse populaire. La guerre idéologique n’a d’intérêt que pour les extrémistes musulmans, qui motivent ainsi des jeunes gens à joindre leur rang et qui leur donne une voix au niveau international. Les frottements sont inévitables, mais du moment où on les constate et où on les reconnaît, leur solution va venir dans le particulier. La menace n’est pas assez grande pour qu’il faille convoquer l’armée de l’air.

8 commentaires »

  1. Il y a tellement de choses dire sur ton monologue islamophobe sur « la menace de l’islam » … tellement d’arrogance dans ta position de « personne civilisée face aux barbares terroristes » … tellement de connerie (disons le carrément)derrière une façade de culture fast food … qu’il est inutile d’engager un debat avec toi.
    Mon premier et dernier commentaire sur ton blog va se limiter à ça :
    « pfffff .. »

    Commentaire par Amine — juin 2, 2007 @ 10:43

  2. Je suis extrêmement déçu de moi-même, que tu aies interprété mes dires de cette façon-là. Même si j’ai mentionné que j’étais épuisé. Même si je crois que tu as toi-même lu un peu vite et été très peu charitable. En fait, tu as même mis des mot que je ne retrouve pas dans mon article: « personne civilisé face aux barbares terroristes ». Chercherais-tu à tout prix à me discréditer? En fait, je t’invite à relire mon article avec un peu plus d’attention, il en vaut la peine.
    Le problème au Québec, c’est que pour la première fois depuis longtemps, on risque de tomber dans un racisme qui n’est pas dirigé vers les Canadiens Anglais. Une formation politique de droite a récemment fait ses choux gras de la peur des gens des régions et de la périphérie montréalaise pour l’immigration et spécialement l’immigration musulmane. Le tout s’est fait sur le problème des « accommodements raisonnables », accommodements que l’ont fait à des minorités (ethniques, religieuses ou autres) sur des règlements. Par exemple, permettre à des jeunes filles musulmanes de faire leur examen de natation dans une piscine vidée de toute présence masculine. C’est un genre d’accommodement extraordinaire qui revient au choix de l’école, mais les gens en sont venu à percevoir que ce genre d’exception étaient devenu la norme.
    Lorsque je fais allusion à la guerre idéologique, je fais évidemment référence à une minorité qui a réussi à se taper toute la couverture médiatique et à faire peur à tous ceux qui ne connaissent pas les musulmans. Je n’ai pas cru nécessaire de faire mon media-bashing, parce que je considère que c’est déjà fait par d’autres.
    Il faut aussi noter que dans les villes de Montréal et de Gatineau, où l’immigration a pour ainsi dire changé l’identité québecoise, les différentes origine ethniques se mêlent harmonieusement. Je favorise nettement cette solution, mais on se doit quand même de rassurer les gens qui vivent encore dans un milieu québeco-québecois « pure laine » et qui pensent perdre leur identité au change.
    C’est pourquoi je me mets dans leur chaussure et aborde les problèmes qu’ils perçoivent–même si c’est pour rejeter le problème en bout de ligne et en arriver à la conclusion qu’il faut laisser les choses se régler d’elles-même, comme elles l’ont déjà si bien fait dans les villes québecoises. Bref, je te l’accorde, c’est un faux problème, mais il faut encore convaincre les gens de cela.

    Malgré tout, on ne peut nier qu’il y a un certain esprit revendicateur dans l’Islam. Amir, mon coloc et meilleur ami à Montréal, qui a passé l’essentiel de sa vie en Tunisie, se fait souvent l’echo de discours un brin révisionnistes (négationnisme de l’holocauste) ou d’appropriation (dire que tout ce qui a été dit dans le Coran a été prouvé scientifiquement). De telles manipulations de la vérité ne sont pas unique à la culture musulmane (pensons au créationnisme ou aux discours anti-gay aux États-Unis), mais sont une étape nécessaire pour amener un discours à l’universalité. Elles manifestent pratiquement toujours la volonté d’une culture de prendre de l’expansion et éventuellement de s’imposer sur les autres.
    Je ne suis pas plus à l’aise avec ce genre de manipulation du côté des « underdogs » musulmans que du côté des impérialistes américains. Les gens qui craignent l’Islam craignent cela, et tant qu’ils n’auront pas entendu la voix d’un Islam modéré et clairement détaché de ces pratiques, ils vont continuer à craindre.

    Commentaire par mokawi — juin 2, 2007 @ 6:40

  3. […] Posted by mokawi under Politique , Cultures  Amine, qui a si peu charitablement jugé mon article sur les accommodements raisonnables, participe à la journée du bloggage maghrébain organisée par Big Trap Boy, qui se veut une […]

    Ping par La journée du bloggage maghrébain « Mokapop — juin 2, 2007 @ 8:09

  4. Je suis désolé de m’être emporté dans le précédent commentaire mais à force d’entendre les conneries les plus sordides sur l’islam, la propagande islamophobe qui laboure les esprits à travers les médias « occidentaux » .. je commence à être un peu sur les nerfs.
    Je suis arrivé sur ton blog à partir de ton commentaire sur le blog de Boulet … cela m’avait fait sourire et j’étais plus ou moins en accord avec ce que tu avais dis … quand je suis arrivé sur le paragraphe « la menace de l’islam », j’ai tout de suite accroché, « quitte à laisser une place dangereuse aux valeurs musulmanes » … là j’ai tiqué … « La guerre idéologique n’a d’intérêt que pour les extrémistes musulmans » .. c’est là que j’ai craqué!
    C’est tellement long de contre-argumenter .. t’avais l’air si sûr de toi que j’ai baissé les bras. Je préfère te laisser te forger une opinion en arrêtant de regarder la TV, en te renseignant sur ce qu’est vraiement l’ISLAM et pas te limiter à ce qu’un pote tunisien, un épicier marocain ou un simple bloggeur comme moi te dira sur le thème.
    Il n’y a pas deux musulmans: l’un « modéré » qui boira occasionnellement de l’alcool, mangera de la viande pas forcement halal, ne faisant pas la prière et l’autre « extremiste » avec une barbe et une ceinture d’explosifs en « croisade » contre l’occident.
    Je suis désolé si le ton parait agressif, ce n’est pas mon intention … c’est juste un peu d’irritation … il y a trop d' »approximations » et de « vérités » que tu prends pour argent comptant.
    Tout ce que les musulmans veulent … c’est qu’on leur foute la paix, une bonne fois pour toute .. qu’ils puissent vivre tranquilement dans le respect de leur religion et pouvoir éduquer leurs enfants. Et je parle des vrais musulmans … ceux qui respectent le vrai dogme de l’ISLAM: la paix !

    Commentaire par Amine — juin 2, 2007 @ 9:54

  5. Je pense que même là tu interprètes un petit peu, et tu manques encore un peu de charité. Je ne divise pas les musulmans en deux, le bon et le méchant. Et je suis absolument convaincu que les musulmans veulent la paix.
    Peut-être parles-tu de mon allusion à la guerre idéologique? Je soutiens qu’il y en a une. Je connais peu de musulmans qui n’ont pas de récrimination contre l’occident ou les USA, et être arabe ou musulman semble prédisposer à avoir des récriminations contre l’occident ou les USA. Généralement, les critiques sont fondées (malgré ce que j’ai pu dire plus tôt à propos des manipulations sur la vérité), bien qu’elles soient très polarisées et à l’occasion peu… charitables. En parlant d’extrémiste, je me mettais déjà dans la peau de Ti-Jo de Laval qui ne connaît des arabes que ce qu’il voit au Téléjournal, mais il y a quand même une réalité—complexe, certes, lointaine de celle que présentent les médias—qui correspond à cette icône simpliste qu’on lui présente. Je n’ai pas eu dans cet article l’intention de présenter une image précise de l’attitude des arabes face à l’Occident ou vice-versa, je veux plutôt promouvoir une attitude face aux accommodements raisonnables en général.
    Ceci dit, si tu voulais faire un post sur le sujet, je serais très heureux d’en faire la promotion et/ou de le publier sur mon blog. Tu sais, une “réfutation de toutes les hérésies”, un catalogue non-exhaustif des idées préconçues. Il y a trop de stéréotypes faux qui collent à la peau des arabes, et trop peu de voix pour les corriger.
    En fait, si tu penses que ça pourrait intéresser d’autres bloggeurs maghrébain, je crois que ça serait un super projet (comme le truc du Grand Maghreb, qui était bien intéressant).

    Commentaire par mokawi — juin 3, 2007 @ 12:29

  6. Pour éviter d’être taxé de « peu charitable » je me contenterais de citer tes paroles pour te montrer ce que je te reproche:
    « Je connais peu de musulmans qui n’ont pas de récrimination contre l’occident ou les USA »
    .. j’en déduis ..
    « être arabe ou musulman semble prédisposer à avoir des récriminations contre l’occident ou les USA. »
    Je ne pense pas faire de post « réfutation de toutes les hérésies » car je pense pas voir les compétences nécessaires pour le faire .. j’évite toujours de m’attaquer un sujet que je ne maitrise pas.
    « stéréotypes faux qui collent à la peau des arabes, et trop peu de voix pour les corriger » … on ne va pas s’amuser à se démarquer des stéréotyes que les autres nous collent … c’est n’importe quoi.
    Et je ne crois honnêtement pas que les québecois aient besoin de ça que ce soit le Ti-Jo de Laval ou d’ailleurs.
    Une bonne partie de mes camarades de classe est actuellement au Québec et à par la rigueur climatique … ils ne se plaignent pas de l’accueil chaleureux de ce peuple.
    Le Canada est un pays d’immigration qui toujours réussi à faire coéxister ses citoyens dans le respect et la paix. Je ne pense pas que cela va changer.
    Il y a une islamophobie ambiante à l’échelle internationale mais ca passera … comme l’antijudaisme et les autres mouvements xénophobes.
    Un petit rappel … les arabes ne sont que 25% de la population musulmane … et les arabes peuvent être aussi chrétiens ou juifs. les arabes et les juifs sont des peuples sémites et non des noms de religions.
    Encore une fois, je n’interprêtes pas … je ne fais que constater les approximations de ta démarche … c’est le manque de rigueur au niveau de l’information qui fait créé les amalgames et les stéreotypes.
    Je suis supra en retard .. je dois y aller a++

    Commentaire par Amine — juin 3, 2007 @ 8:32

  7. Bon… déception. Je vais garder mes hérésies. Je vais quand même défendre une fois de plus ma démarche: je fais des approximations et des amalgames là où les détails ne sont pas nécessaires. C’est limitatif, mais nécessaire pour finir un post.
    Je vais aussi critiquer la tienne: accoler une étiquette « stéréotype » sur une idée, ça ne se fait pas gratuitement, et ce n’est même pas suffisant pour faire une critique qui tienne. Il faut dire pourquoi en ce cas-ci le stéréotype n’est pas approprié.
    Pour tout discours, le prototype d’une critique contre un stéréotype serait: « vous utilisez le stéréotype X largement diffusé dans les médias alors que la réalité est Y, et la nuance entre les deux affecte vos conclusions »
    Ceci dit, merci quand même pour le débat, toujours plaisant pour l’ostineux professionnel que je suis. J’ai tout de même l’impression d’avoir appris quelque chose.

    Commentaire par mokawi — juin 3, 2007 @ 6:05

  8. cours de dressage pour chien rive sud montreal

    Accommodements déraisonnables | Mokapop

    Rétrolien par cours de dressage pour chien rive sud montreal — mai 9, 2014 @ 3:32


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :